Association Entente Solidaire de la Convenance : site officiel du club de foot de STE MARIE - footeo

Le Cécifoot, une passion de l’ombre à la lumière

21 novembre 2014 - 13:20

FUTSAL ASSOCIATION CECIFOOT REUNION

POUR RESERVER:

Monsieur WARO DAVID

14 DECEMBRE 2014 AU LYCEE IV DE  ST ANNE

80 EUROS PAR EQUIPE

 D.WARO 06-92-67-67-27   davidwaro@live.fr

 

 

Le Cécifoot, une passion de l’ombre à la lumière

 

 

Si cet été tous les regards étaient braqués sur le Brésil et le Mondial 2014, une autre compétition tout aussi importante se déroule au Japon du 16 au 24 novembre. Il s'agit de la Coupe du Monde de Cécifoot. Un sport destiné aux joueurs malvoyants ou non-voyants. Foot Mercato vous propose de mettre dans la lumière cette discipline handisport assez méconnue du grand public.

 

Coup de projecteur sur le CécifootCoup de projecteur sur le Cécifoot©Maxppp

Une Equipe de France peut en cacher une autre. Alors que le match amical des Bleus face à la Suède (1-0) a fait la Une, une autre sélection tricolore a joué une rencontre bien plus importante hier. L’Équipe de France Cécifoot a disputé son troisième et dernier match de phase de poules de la Coupe du Monde 2014 au Japon. Le Japon, c’était justement l’adversaire de la sélection de Lucas Ignatowicz. Après un match nul initial (0-0) face au Maroc et une défaite (3-0) face au Paraguay, la victoire était impérative. Mais les Tricolores ont finalement concédé le nul (1-1), disant ainsi adieu aux 1/4 de finale. Ils disputeront malgré tout les matches de classement. Quoi qu’il en soit, cette Coupe du Monde 2014 est une formidable vitrine permettant de mettre en lumière le Cécifoot.

Encore méconnue dans l’Hexagone, cette discipline est à l’origine née en Amérique Latine dans les années 80. Il y a dix ans, elle a été d’ailleurs reconnu comme discipline paralympique. En France, ce sont environ 300 licenciés déficients visuels qui chaussent les crampons lors des divers championnats organisés pendant l’année. C’est que nous explique Jean-Luc Lescouezec, ancien arbitre de Cécifoot et président du club de Nantes depuis dix ans : « Le Cécifoot, c’est l’adaptation du football pour les aveugles et les malvoyants. Il y a deux championnats. Celui de la catégorie des aveugles et celui des malvoyants ; c’est-à-dire ceux qui ont une acuité visuelle comprise entre 0,5 et 1/10ème. À Nantes, nous avons une équipe dans chaque catégorie. Ce sont deux championnats bien différents ».

Passé par Bordeaux et Paris, Jérôme Pénisson a entamé sa quatrième saison à Nantes. Membre de l’équipe de la catégorie aveugle, le milieu âgé de 25 ans nous en dit un peu plus sur le fonctionnement de cette compétition : « Le championnat va reprendre fin décembre. Il a lieu de décembre à juin. Tous les matches sont organisés sur trois-quatre week-ends. Étant donné que nous sommes amateurs et que les clubs sont dispersés aux quatre coins de la France, nous n’avons pas le budget pour nous déplacer tous les week-ends comme peuvent le faire d’autres clubs. En général, on se réunit quatre fois par an, à Marseille, Lyon, Nantes, etc... On fait plusieurs matches dans le week-end. Ça nous évite des contraintes logistiques. Il y a aussi la Coupe de France qui est organisée sur un week-end ».

Des aménagements adaptés au handicap

Vis à vis du handicap des joueurs, les installations mais aussi les aménagements liés à cette discipline ont dû être adaptés. Pour la catégorie des non-voyants, les rencontres durent deux mi-temps de 25 minutes chacune. Concernant les malvoyants, les matches durent 40 minutes au total. « Ce sport se pratique à 5 contre 5. Le gardien est voyant et le autres joueurs sont malvoyants ou aveugles, précise Jean-Luc Lescouezec. Au niveau des adaptations, le terrain est aux dimensions d’un terrain de handball. Le ballon est sonore. Il y a des grelots dedans. Les joueurs ont aussi obligation de dire "voy", cela veut dire "j’y vais" en espagnol. Il faut qu’il y ait ce signal de la voix en permanence afin de signaler leur présence sur le terrain. Le terrain est bordé de barrières pour éviter que le ballon sorte du terrain. En l’occurrence, en France ce sont des barrières gonflables. Mais autrement, ce sont des barrières de 1m ou 1m20 de hauteur. Parmi les autres particularités, les aveugles ont toujours un bandeau sur les yeux parce que certains arrivent à distinguer un tout petit peu de lumière et pourraient voir un ballon blanc sur un sol foncé. Tous les joueurs ont un bandeau pour qu’ils soient tous sur un même pied d’égalité ».

Issu d’une famille passionnée de football, Jérôme Pénisson a d’abord commencé à tâter le cuir alors qu’il était valide. À présent, il vit sa passion différemment. « Je suis très malvoyant. Je ne l’ai pas toujours été. À l’âge de 17 ans, j’ai eu une maladie génétique. Je jouais au foot en tant que voyant. Il y a des différences dans la façon de se représenter dans l’espace. Vu qu’on n’utilise pas nos yeux, on utilise beaucoup la communication. On fait appel au toucher ou à l’ouïe comme le ballon fait du bruit. Le terrain est fermé donc ça nous donne une idée de la taille. Nous sommes autonomes mais on utilise un guide voyant, placé derrière les cages où l’on va marquer. Quand on s’approche du but, il nous donne des informations comme la distance, le nombre de joueurs qu’il reste, etc... De plus, le gardien de but voit, donc il nous guide, surtout les défenseurs. L’entraîneur lui aussi peut nous donner des conseils ». Cette saison encore, Jérôme Pénisson bénéficie des conseils d’Anthony Heurteau. Entraîneur au Don Bosco Cécifoot de Nantes depuis dix ans, il nous en dit un peu plus sur son rôle de coach : « Il faut beaucoup communiquer, donner des consignes concises et précises. Une relation de confiance doit absolument se mettre en place. Après, il s’agit de football, donc on utilise les mêmes termes footballistiques que pour les valides. On leur demande autant d’exigences ».

Un sport en voie de développement

Encore trop peu connu et médiatisé, le Cécifoot entend donc bien continuer à se développer. Chargée de communication bénévole pour la Commission Cécifoot Handisport, Tiphaine Aubert travaille en ce sens. « On est fédéré par la Fédération Française Handisport mais en convention avec la Fédération Française de Football depuis décembre 2012. Les choses se mettent en place petit à petit. On cherche à être constamment en contact avec les clubs. Mais certains clubs pros sont plus timides que d’autres. Je pense que ça devrait devenir limite naturel de la part des clubs valides pros de chercher à se diversifier. Ça vient petit à petit et ça dépend des clubs. Il y a pas longtemps, le club Cécifoot de Nantes a fait une action à la Beaujoire avec les U17 du FC Nantes. C’était une première pour eux. Le club de Nantes existe depuis plus de dix ans. C’est vraiment tout un travail de relationnel avec les clubs ». Des initiatives positives qui permettent de mettre en avant cette discipline. Organiser une compétition majeure en France pourrait aussi permettre d’offrir plus de visibilité au Cécifoot. « En 2009, la France a organisé l’Euro à Nantes. Médiatiquement, cela avait permis de faire un beau coup de projecteur sur le Cécifoot. Cela avait débouché sur quelques partenariats. Pour le moment, ce n’est pas d’actualité d’organiser un Mondial de Cécifoot. Mais à partir du moment où l’on reçoit une compétition internationale sur son territoire, tout de suite ça marche mieux ».

La progression et le développement de cette discipline amateur passera surtout par un rapprochement avec le football professionnel comme nous l’explique Tiphaine Aubert : « Pour améliorer la promotion du Cécifoot, l’idéal serait de se rapprocher de plus en plus du foot valide. C’est ça qui nous donne de la visibilité. Je dis ça parce qu’à partir du moment où un club de Cécifoot se rapproche d’un club valide voire professionnel, tout de suite ça fait plus parler. Je donne l’exemple du Toulouse Football Club qui a maintenant sa section Cécifoot depuis la rentrée. C’est quelque chose qui a été pas mal repris par les médias quand ça a été annoncé en conférence. (...) La sensibilisation par ce genre d’actions comme des petites démonstrations en lever de rideau d’un match de Ligue 1, ce sera mis en place progressivement dans les deux ans à venir étant donné que la France organise l’Euro 2016. Cela fait partie des projets foot pour tous portés par la FFF ». En quête d’une meilleure visibilité, le Cécifoot profite actuellement du coup de projecteur que lui offre la Coupe du Monde 2014 au Japon pour poursuivre sa progression dans l’ombre du football professionnel.

 

Commentaires

AESC vient de remporter le trophée 100000 visites 30 jours
1-0
US STE ANNE / SENIORS 1 plus de 2 ans
US STE ANNE / SENIORS 1 : résumé du match plus de 2 ans
0-0
FC MOUFIA / SENIORS 2 plus de 2 ans
FC MOUFIA / SENIORS 2 : résumé du match plus de 2 ans
0-0
CS ST ANDRE / SENIORS 1 plus de 2 ans
CS ST ANDRE / SENIORS 1 : résumé du match plus de 2 ans
2-2
JS DOMENJOD / U15 plus de 2 ans
JS DOMENJOD / U15 : résumé du match plus de 2 ans
2-3
U15 / JS MONTAGNARDE plus de 2 ans
U15 / JS MONTAGNARDE : résumé du match plus de 2 ans
2-0
SENIORS 2 / JS BOIS DE NEFLES plus de 2 ans
SENIORS 2 / JS BOIS DE NEFLES : résumé du match plus de 2 ans
9-1
AFC HALTE LA / SENIORS 2 plus de 2 ans
AFC HALTE LA / SENIORS 2 : résumé du match plus de 2 ans
+
+
+